Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Alors que le procès des employeurs et assassins de Sophie Lionnet (jeune fille au pair assassinée à Londres en septembre dernier) a débuté en mars, des révélations de Ouissem Medouni, compagnon et complice de Sabrina Kouider, avoue qu’il aurait pu sauver la jeune fille. 

L’épreuve est doublement épouvrante pour les parents de Sophie Lionnet. Cette jeune femme avait quitté la région de Troyes d’où elle était originaire, afin de réaliser son rêve de vivre à Londres. Depuis 2016, Ouissem Medouni et sa compagne Sabrina Kouider l’employaient comme jeune fille au pair.

Mais le rêve de Sophie Lionnet s’est vite transformé en cauchemar. En effet, selon des amis de la jeune femme, elle s’était renfermée et ne donnait plus de nouvelles. En septembre dernier, son corps avait été retrouvé calciné dans un jardin londonien. Les principaux suspects sont ses employeurs, qui lui faisaient vivre un véritable calvaire.

Depuis le début du procès, les témoignages sont effarants. Mais l’incompréhension est montée d’un cran en ce début de semaine. Entendu auprès de sa compagne, Ouissem Medouni affirme qu’il aurait pu éviter ce drame. Il a également expliqué qu’il n’était pas à l’origine de la mort de Sophie Lionnet, rejetant tous les accusations sur Sabrina Kouider. Cette dernière, décrite comme mentalement instable, serait à l’origine du drame. Très agitée et en proie à de nombreuses affabulations, elle aurait considéré Sophie Lionnet comme étant responsable de tous ses maux.

Entendu par la justice anglaise, Ouissem Medouni a dressé portrait effrayant de sa compagne, qu’il désigne comme seule commanditaire de ce crime. Comble de l’incompréhension, l’homme a affirmé qu’il aurait pu éviter tout ça, et qu’il aurait dû payer un billet d’avion à la jeune femme, afin qu’elle puisse rentrer en France.

Malheureusement, les choses ont empiré pour Sophie Lionnet, véritable martyr du délire de Sabrina Kouider. Les deux accusés risquent chacun une très lourde peine de prison.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here