Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Théo Luhaka, devenu un symbole des violences policières en 2017, a été placé en garde à vue ainsi que cinq de ses proches pour des faits d’escroquerie. Les faits de violence pour lesquels il a été entendu et hospitalisé au printemps dernier avait choqué l’opinion. 

L’affaire Théo

En mars 2017, lors d’un contrôle policier, Théo Luhaka avait ému la France entière après avoir affirmé qu’un policier l’avait violé avec sa matraque. Du côté des forces de l’ordre, quatre policiers avaient été mis en examen, dont l’un pour viol, dans cette affaire au retentissement national, qui avait entraîné des épisodes de violences à Aulnay-sous-Bois et dans les communes alentours. Lors de son hospitalisation, le jeune homme avait reçu la visite de François Hollande, à l’époque président de la République.

Alors que l’affaire s’était plus ou moins calmée, de nouvelles interpellations et le placement en garde à vue du jeune homme relancent des soupçons d’escroquerie.

Une mise en scène orchestrée ?

Théo Luhaka et cinq de ses proches sont soupçonnés d’avoir détourné des centaines de milliers d’euros via une association. Les six gardés à vue sont entendus dans le cadre d’une enquête dirigée par un juge d’instruction, pour « escroquerie en bande organisée, abus de confiance et blanchiment »,  impliquant notamment une association de médiation, «Aulnay Events», présidée par un frère aîné de Théo, Mickaël Luhaka, et basée à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis.

« Les inspecteurs du travail ont relevé des irrégularités sur l’utilisation de subventions pour l’embauche de contrats aidés notamment. Les enquêteurs s’interrogent sur la réalité de ces emplois et sur des versements à destination des membres de la famille, dont Théo, selon une autre source proche de l’affaire à l’époque. Les sommes engagées pourraient s’élever à des centaines de milliers d’euros », selon le journal Libération.

Pour Maitre Vey, l’avocat de Théo, l’arrestation de son client relève d’une « opération de communication, pour faire croire à l’opinion publique que c’est un délinquant ». 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here