Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Aliou Diallo, candidat anti-système au scrutin présidentiel malien de juillet, a appelé ses concitoyens à refuser la violence et à jouer le jeu de la démocratie « pour mettre un terme à la gestion calamiteuse du pays » par le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta, au lendemain d’affrontements entre des manifestants et de policiers qui ont fait un mort et plusieurs blessés à Kenieba (sud du Mali).

« En lieu et place de la violence, faisons plutôt usage de notre droit de vote pour mettre un terme à la gestion calamiteuse du pays », a indiqué Aliou Diallo dans un communiqué de presse en réaction à de violentes manifestations à Kenieba, où des manifestants ont mis le feu à plusieurs édifices publics pour dénoncer le clientélisme du recrutement dans une mine d’or locale, au détriment des jeunes de la région.

Si Aliou Diallo affirme comprendre la frustration de la jeunesse malienne face au double fléau du chômage et du clientélisme, le candidat qui a fait de la lutte contre le chômage des jeunes l’un des piliers de sa campagne « en appelle au sens de la retenue de mes compatriotes. La violence est malheureusement trop souvent l’arme du désespoir mais elle est toujours inutile et injustifiable ».

« Les incendies de Commissariats, les saccages d’édifices publics démontrent à suffisance que les populations ont atteint un niveau d’exaspération sans précédent dans le pays. La violence contre les symboles de l’Etat devient malheureusement et à tort, aux yeux des populations, la seule réponse face à l’injustice croissante qui s’installe dans le pays », a regretté Aliou Diallo.

Entrepreneur et issu de la société civile, Aliou Diallo se présente depuis le début de la campagne comme le candidat anti-système à même de donner un coup de balai à la classe politique traditionnelle malienne afin de faire émerger une « alternance véritable » axée sur le retour à l’autorité de l’Etat, l’efficacité du gouvernement, le développement économique, et une politique sociale renforcée à destination des plus démunis.

Un message de changement qui semble trouver un écho auprès de l’opinion publique malienne à en croire un certain nombre de ralliements de la part de membres de la société civile, mais également de dignitaires religieux, sensibles aux discours d’unité portés par Aliou Diallo : « c’est en se reliant ensemble, en joignant les forces de chacun que nous pourrons faire grandir notre Mali de nouveau ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here