Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

La communauté internationale a été glacée d’horreur, ces derniers jours, en assistant impuissante à une nouvelle catastrophe en Haïti, où l’ouragan Matthew a fait des centaines de victimes.

Comme si ce petit pays était destiné à connaitre le martyr en permanence, à souffrir sans répit… Entre les problèmes économiques dramatiques (Haïti est le pays le plus pauvre au monde), les souffrances sociales, les violences politiques et sociales, et les catastrophes naturelles qui semblent prendre un main plaisir à viser l’île, Haïti ne cesse de souffrir.

A peine une campagne humanitaire pour venir en aide à la population locale terminée, qu’il faut en relancer une autre.

Loin de se décourager, c’est une motivation supplémentaires pour ne pas laisser les haïtiens dans leur misère et pour faire preuve de solidarité internationale.

Ainsi, cette semaine, l’ouragan Matthew a touché Haïti. D’après les responsables locaux, se sont près de 300 morts qui sont à déplorer, au minimum. Des villes ont été quasiment rayées de la carte…

C’est une scène d’apocalypse qui a été décrite par un habitant d’Haïti sous le choc : « La cathédrale a perdu son toit et sa croix, les rues sont jonchées de débris, les pylônes et les câbles électriques sont à terre ».

Des propos confirmés par le responsable de l’ONG CARE Haiti, Jean-Michel Vigreux, qui a décrit la situation de ville de Jérémie, détruite à 80% par l’ouragan : « Toutes les lignes téléphoniques et électriques sont coupées. Tout comme l’accès [à la ville], et les gens seront bientôt à court de nourriture et d’argent ».

Selon le Centre américain de surveillance des ouragans (NHC), il s’agit du « plus puissant ouragan touchant cette zone depuis des décennies ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here