Le gouvernement a annoncé avoir prévu 150 millions d’euros pour revaloriser les salaires des aides à domicile. Cependant, les personnes concernées estiment que cette engament adopté par un amendement au projet de budget de la Sécurité Sociale risque de ne pas être respecté. 

Depuis quelques mois le personnel hospitalier a pu bénéficier d’une hausse de salaire de 15%, tandis que ce n’est pas le cas pour les aides à domicile.”1 232 euros, ce n’est pas assez, c’est vraiment insignifiant”, a déclaré Elise Bekono, une aide soignante, aux journalistes de France Télévision”.

Après l’attribution de 183 euros pour le personnel hospitalier, les auxiliaires de vie s’estiment donc être oubliés et demandent en revanche une augmentation. L’Union National ADMR a déclaré que cette différenciation pourrait amener les auxiliaires de vie à réagir autrement.

L’investissement mené par le Ségur de la Santé doit être juste et permet à tout le monde de bénéficier des mêmes avantages. “Un certain nombre de salariés de l’aide à domicile vont maintenant travailler dans les hôpitaux parce qu’il y a ces 180 euros supplémentaires par mois. Et sur des bas salaires, ça compte énormément. Depuis quelques semaines, partout dans nos fédérations départementales, il nous remonte que des salariés, des auxiliaires de vie sociale, des aides-soignantes vont dans les hôpitaux”, a déclaré le secrétaire général de l’Union nationale ADMR.

A la suite de cet état, le gouvernement a donc décidé de mobiliser 150 millions d’euros pour revaloriser les rémunérations des aides à domicile. Cependant, ces derniers se doutent de la validité de cette décision qui est sera établit en mois d’octobre 2020 mais qui ne pourrait entrer en vigueur qu’à partir du premier semestre de l’année 2021. “Nous allons être vigilant car il ne faut pas que la revalorisation prévue pour 2020, ne prenne finalement effet qu’au 1er avril 2021 sinon cela veut dire que l’État n’aura pas tenu son engagement de hausse des salaires en 2020. Pour nous ce ne serait pas acceptable que l’on attende encore 6 mois”, a expliqué Thierry d’Aboville, secrétaire général de l’ADMR.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.